Malgré le succès de la première étape de l’évacuation de bandes armées vers la Syrie, celle fixée au 12 août s’est heurtée à des difficultés, les radicalisés refusant de se plier aux conditions de l’accord conclu fin juillet

Prévue de samedi, la deuxième étape de l’évacuation de groupes armés de Jaroud Ersal, région montagneuse libanaise située à la frontière avec la Syrie, a été retardée en raison de problèmes logistiques, rapporte la chaîne libanaise Al Mayadeen.D’après la source, l’évacuation de 350 hommes armés, membres de la brigade Saraya Ahl al-Cham, et de 900 membres de leurs familles était prévue samedi matin. En outre, quelque 3.000 réfugiés avaient exprimé leur volonté de quitter le camp situé dans la vallée de Hmeid. Ils devaient être escortés dans la région syrienne du Qalamoun oriental (70km de Damas).

Toutefois, au dernier moment, les hommes armés ont refusé de monter à bord des bus réservés à cette fin et ont déclaré qu’ils traverseront la frontière à bord de leurs véhicules. Les autorités syriennes ont protesté. Les négociations sont en cours, d’après la chaîne.

Rappelons que le 1er août, 1.116 extrémistes du Front al-Nosra avaient quitté le sol libanais pour la Syrie après avoir accepté les conditions de la capitulation. Conjointement avec leurs familles et des réfugiés, plus de 7.000 personnes au total, ils ont traversé la frontière syro-libanaise à bord de bus spéciaux pour rejoindre la province d’Idlib.L’accord est entré en vigueur le 27 juillet après que les forces du mouvement chiite libanais Hezbollah avaient bloqué les groupes extrémistes près d’Ersal (90km de Beyrouth)

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;