Non seulement l’Iran continuera-t-il à augmenter son budget militaire et à développer son programme de missiles, mais il pourrait désormais quitter l’accord nucléaire si les États-Unis adoptent de nouvelles sanctions, a déclaré mardi le Président iranien Hassan Rohani, cité par l’AFP

Dans un discours télévisé adressé au Parlement, le Président iranien Hassan Rohani a déclaré que son pays pourrait quitter l’accord nucléaire avec les grandes puissances dans un délai qui se compterait «en jours ou en heures», en cas de nouvelles sanctions américaines, a annoncé mardi l’AFP.

«L’expérience ratée des sanctions et de la contrainte a mené leurs précédentes administrations à la table des négociations. Mais s’ils veulent revenir à ces méthodes, assurément, dans un délai très court — non pas en semaines ou en mois, mais en jours ou en heures — nous reviendrons à la situation» d’avant l’accord, a-t-il déclaré.

Le 14 juillet 2015, l’Iran et les six médiateurs internationaux sont parvenus à un accord historique sur le problème du nucléaire iranien qui traînait en longueur depuis des années. Les parties ont adopté un Plan d’action conjoint dans le cadre duquel l’Iran acceptait de geler son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques et financières introduites par le Conseil de sécurité de l’Onu, les États-Unis et l’Union européenne. Le Plan est entré en vigueur le 16 janvier 2016.Les États-Unis ont porté 18 personnes physiques et morales sur la liste des sanctions visant le programme de missiles balistiques de l’Iran. Téhéran a condamné les sanctions de Washington, promettant des contre-mesures à l’encontre de personnes physiques et morales américaines.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;