La Russie appelle le Conseil de sécurité de l’Onu à vérifier les allégations du ministère syrien des Affaires étrangères selon lesquelles Washington et Londres auraient livré des substances toxiques aux djihadistes qui avaient pris leurs quartiers en Syrie

Le représentant permanent de la Russie à l’Onu, Vassili Nebenzia, insiste sur la nécessité de vérifier les informations selon lesquelles les États-Unis et le Royaume-Uni auraient livré des substances toxiques aux terroristes en Syrie.En cas de confirmation, poursuit-il, il s’agirait d’une violation grave de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC).

M.Nebenzia a également rappelé que le Conseil de sécurité de l’Onu s’était réuni mercredi dernier en vue de débattre du désarmement et de la non-prolifération chimique en Syrie. Ainsi, le Conseil a passé sous silence des livraisons présumées de substances chimiques en Syrie depuis les États-Unis et la Grande-Bretagne, a-t-il indiqué.

Concernant la question de savoir si de telles actions enfreignent la Convention, M.Nebenzia met en avant la nécessité de «vérifier ces allégations». Au demeurant, il n’exclut pas qu’il puisse «incomber au Mécanisme d’enquête conjoint de l’Organisation» de s’en charger.Pour rappel, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faisal Mekdad, avait auparavant déclaré que les substances toxiques retrouvées dans les dépôts d’armes des djihadistes à Alep et à l’est de Damas auraient été produites par des compagnies américaines et britanniques. Les représentants des sociétés en question ont toutefois démenti catégoriquement ces allégations.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;