Les forces irakiennes se rapprochaient lundi de Tal Afar après s’être emparées de plusieurs villages, au deuxième jour de leur offensive pour reprendre à l’organisation terroriste autoproclamée Etat islamique l’un de ses derniers bastions en Irak.

Soutenues par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, les forces progouvernementales, qui regroupent l’armée, la police fédérale et locale, les forces spéciales du contre-terrorisme et 20 000 membres de l’organisation paramilitaire Hachd al-Chaabi, ont ouvert trois axes en direction de Tal Afar. Elles prévoient sous peu d’encercler la ville en positionnant des forces aux entrées du fief terroriste, ont indiqué à l’AFP des commandants sur le terrain.

La police fédérale a affirmé avoir repris quatre villages sur le front ouest de Tal Afar. Et le Hachd al-Chaabi, dominé par les milices chiites soutenues par l’Iran, a annoncé avoir progressé “jusqu’aux faubourgs de l’ouest” de la ville, dans un communiqué. L’offensive a été lancée un mois après la reprise à l’EI de Mossoul, deuxième ville du pays et dernier grand bastion terroriste urbain en Irak, où le chef de l’organisation criminelle Abou Bakr al-Baghdadi avait fait son unique apparition publique en juillet 2014. Située à 70 km à l’ouest de Mossoul, la cité historique de Tal Afar comptait avant sa prise par l’EI en 2014, 200 000 habitants en majorité turkmènes.

La bataille de Tal Afar est une étape importante dans l’“offensive antijihadistes”, tant en Irak qu’en Syrie voisine où l’EI est également la cible de multiples assauts. La reprise de la ville, assurent autorités irakiennes et coalition internationale, rendrait encore plus difficile tout passage d’armes et de terroristes entre les deux pays. Les forces gouvernementales sont basées à l’aéroport militaire de Tal Afar, distant de quelque 6 km de la ville même. Il avait été repris en novembre dernier aux terroristes lors de l’offensive de Mossoul.

La “victoire décisive” à Mossoul n’a “pas marqué la fin de l’EI en Irak ni de sa menace mondiale”, a prévenu dimanche la coalition internationale, alors que l’organisation terroriste vient de revendiquer des attentats meurtriers en Espagne et en Russie. La reprise de Tal Afar est “un autre combat important qui doit être mené pour s’assurer que le pays et ses habitants se débarrassent enfin de l’EI”, a ajouté le général américain Stephen Townsend, chef des forces de la coalition. Mais dans cette bataille, les habitants pourraient être piégés entre deux feux, préviennent les humanitaires, après avoir lancé le même signal d’alarme pour Mossoul.

Lien

Etiquette: ; ;