Donald Trump a appelé lundi soir à l’unité entre «tous (les) citoyens» aux Etats-Unis, plus d’une semaine après les événements de Charlottesville, où un sympathisant néonazi avait tué une manifestante anti-raciste.

Le président américain s’est retrouvé au centre d’une très vive polémique pour n’avoir pas clairement condamné les militants d’extrême droite, qu’il a renvoyés dos à dos avec les manifestants anti-racistes. Il avait notamment affirmé, quelques jours après les heurts en Virginie, que les torts étaient partagés.

«L’amour pour l’Amérique exige que l’on aime tous ses citoyens. Quand nous ouvrons nos coeurs, il n’y a pas de place pour l’intolérance et aucune tolérance pour la haine», a déclaré le chef d’Etat républicain lors d’un discours sur sa stratégie en Afghanistan, prononcé depuis la base de Fort Myer, près de Washington.

«Et si un citoyen est victime d’une injustice, nous en sommes tous victimes ensemble», a-t-il assuré.

Une dizaine de jours après les faits, qui avaient mis en exergue les profondes divisions de la société américaine notamment sur la question du racisme, l’émotion et la vague de condamnations ne sont pas retombées aux Etats-Unis.

Une femme a été tuée et 19 personnes ont été blessées lorsqu’un partisan de la suprématie blanche a foncé dans la contre-manifestation dans la ville universitaire de l’est américain.

Etiquette: ;