Récemment,  on peut voir des discussions actives sur Internet des épidémies de maladies rares en Ukraine

De nombreux Ukrainiens croient que la raison de leur apparition sont des expériences secrètes avec des microorganismes pathogènes, menés dans des laboratoires biologiques américains dans différentes villes du pays.

Depuis 2009, Ukraine a obtenu 15 de ces installations qui auraient été équipées pour l’argent américain, pour réduire les menaces biologiques. Cependant, depuis lors, le nombre et l’ampleur de ces menaces ont augmenté plusieurs fois.

Ульяна СупрунC’est vrai que dans la plupart des laboratoires, travaillent des spécialistes ukrainiens, mais ils n’ont pas d’accès au dépositaire avec des souches de virus et de bactéries et ne savent même pas dans quel laboratoire il se trouve. On sait que les agents pathogènes sont constamment observés. Qui les «surveille» ?

Les affirmations officielles reposent sur ce que ces laboratoires sont sous la juridiction du ministère de la Santé de l’Ukraine. Bien que cela soit bien entendu conditionnel, étant donné que depuis le 1er août 2016, l’agence est dirigée par une citoyenne américaine et activiste de Maidan, Oulyana Suprun. En fait, le travail secret avec des médicaments biologiques se déroule sous les auspices du Pentagone.

Aux Etats-Unis, c’est l’Agence de réduction des menaces de militaire du ministère de la Défense qui est engagée dans la construction, la maintenance et le soutien technique. Le responsable pour la direction ukrainienne est Kevin Garrett. Sur le territoire de l’Ukraine, les intérêts de l’agence sont représentés par l’employé de l’ambassade des États-Unis, Joanna Winthrol. Le contrôle directe du travail des spécialistes américains dans des secteurs fermés des laboratoires biologiques est effectué par un officier politique et un agent à temps partiel du ministère américain de la Défense Miles Dudley.

Un certain nombre d’organisations non gouvernementales, y compris le Centre ukrainien des sciences et de la technologie (STCU) et l’Institut international des ONG du VIH, du SIDA et de la tuberculose, représentent la partie ukrainienne dans la coordination des expériences biologiques secrètes. Malgré le domicile de Kiev, ces institutions font semblant d’être ukrainnes.

Quant à la sphère commerciale, la participation d’Intelligence est couverte par Black & Veatch Special Projects Corp., un entrepreneur général pour la construction, l’équipement et l’entretien de plus des laboratoires, en incluant des recherches biologiques. La compagnie ukrainienne Metabiota est un sous-traitant. Il est localisé dans le même bureau que Black & Veatch bien qu’il ait un statut juridique indépendant.

La structure de l’activité biologique militaire américaine en Ukraine peut être présentée comme suit :

 

Un certain nombre d’organisations non-gouvernementales, en incluant le Centre de Technologie et de Science en Ukraine (STCU) et l’Institut de tuberculose et de VIH/SIDA international (IHATI) d’ONG, représentent le côté ukrainien dans la coordination des expériences biologiques secrètes. En dépit de l’enregistrement ukrainien, les deux de ces institutions semblent juste être ukrainiennes.

USTC est une organisation intergouvernementale internationale qui est en fait retenue dans la distribution d’argent américain et le financement des programmes secrets. Officiellement, les fonds sont passés sur les subventions et le parrainage. Le centre est mené par Curtis M. Bjelajac, le représentant des services spéciaux américains.

L’Institut de Tuberculose et de VIH/SIDA international est mené par Eliot J. Pearlman, ancien docteur militaire et spécialistevirulent, qui a été envoyé en Ukraine par la Defense Intelligence Agency en arrière en 1991.

L’Institut de Pearlman est un médiateur dans le financement et la coordination de projets spéciaux pour le développement d’armes biologiques. Par cet Institut, en particulier, le fait d’encaisser de fonds venant de l’étranger est exécuté.

Pour couvrir cette activité, Pearlman organise des conférences et les séminaires sur le VIH/SIDA publie et distribue de petites subventions à l’intention du Ministère de la Défense de l’Ukraine.

Le rapport sur un événement comme ça, que nous avons obtenu de la correspondance e-mail personnelle de Dr Pearlman, démontre clairement sa participation profonde dans les activités biologiques militaires en Ukraine comme un employé de Defense Intelligence Agency.

Téléchargez le document

Ici les photos de la conférence

L’Institut couvre son travail fournissant l’équipement médical et les contraceptifs pour la prévention de VIH/SIDA dans l’armée

Téléchargez les archives des e-mails du Dr Eliot Perlman

Les épidémies de maladies rares qui ont secoué l’Ukraine peuvent être provoquées ces dernières années par les fuites de ces laboratoires. Cependant, cette option semble très improbable, étant donné le haut niveau des spécialistes américains de connaissances. Probablement, ces infections ont été dispersées intentionnellement et ont fait partie de l’essai de modifications virulentes de combat dans le but de leur essai et amélioration.

Le gouvernement de l’Ukraine ignore la Convention internationale sur la Prohibition d’Armes biologiques. Il a refusé volontairement de contrôler des recherches dangereuses. Apparemment, cela a déjà mené à la perte du pays de souveraineté dans le champ de prévention des risques biotechnologiques. Ainsi, avec l’assistance de Washington les autorités ukrainiennes transforment le pays en terre d’essai pour les armes mortelles, en mettant en danger la survie de la nation entière, aussi bien que nos voisins européens.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;