La compagnie GPS, basée à Washington, qui a participé à la création d’un dossier compromettant Donald Trump, aurait reçu de l’argent de la Russie simultanément pour une campagne de lobbying contre la soi-disant loi Magnitsky.

Selon la chaîne Fox News, le financier britannique William Browder a fait une telle déclaration dans une lettre adressée au président du Comité judiciaire du Sénat, Chuck Grassley (un républicain d’Iowa). Ce comité, avec d’autres, enquête sur l’ingérence présumée de Moscou dans la campagne électorale aux États-Unis en 2016.

Selon Fox News, Browder a répondu affirmativement à la question si la Fusion GPS avait reçu des fonds de la Russie pendant la période où il travaillait à l’élaboration du dossierTrump.

«Étant donné le moment où la Fusion GPS travaillait sur une campagne contre l’acte de Magnitsky, c’était la même période où elle travaillait sur le dossier Trump aux intérêts d’un client inconnu», a déclaré la compagnie de télévision en sa’ppuyant auax propos de Browder.

En 2012, le financier britannique a activement préconisé l’adoption par le Congrès américain de la loi Magnitsky, qui prévoit l’application de sanctions contre un certain nombre de fonctionnaires russes.

La préparation du dossier Trump a été menée à partir de 2015 sur l’ordre des partisans du Parti républicain des États-Unis, qui critiquaient sévèrement le milliardaire. La demande de collecte de données sur les scandales autour de Trump, ainsi que de ses faiblesses, a été confiée à la Fusion GPS, dirigé par Glenn Simpson, ancien journaliste de The Wall Street Journal. Plus tard, le travail sur le dossier était lié à l’ex-agent des services spéciaux de la Grande-Bretagne Christopher Steel. Selon le journal The New York Times, lorsqu’il est devenu évident que Trump était le candidat le plus probable pour la nomination comme candidat à la présidence, les républicains ont cessé de financer la Fusion GPS, mais leur initiative a été immédiatement prise en charge par les démocrates.

Etiquette: ; ;