Le suspect a été interpellé lors d’une «descente» effectuée vers 02h00 par «les collaborateurs des Services d’interventions spéciales (DSI)», a indiqué la police néerlandaise. «Une perquisition élargie a été menée cette nuit». Le suspect «est détenu et est entendu sur la menace à Rotterdam«, a précisé la police.

Un autre homme arrêté mercredi soir semble en revanche hors de cause. Ce ressortissant espagnol a été interpellé au volant d’une fourgonnette transportant «quelques» bouteilles de gaz aux abords de la salle où devait avoir lieu le concert annulé.

Intervenant sur un renseignement de leurs homologues espagnols, les policiers néerlandais ont annulé vers 19h00 un concert du groupe de rock californien The Allah-Las et interpellé cet homme environ deux heures et demie plus tard à proximité de la salle.

La camionnette, repérée parce qu’elle tournait autour de la salle de spectacle, porte des plaques d’immatriculation espagnole. Les enquêteurs ont découvert «quelques» bouteilles de gaz à l’intérieur du véhicule, a ajouté le porte-parole.

L’homme a été interpellé mercredi «en raison de sa façon de conduire». «Le conducteur troublé potentiellement sous influence» est technicien de profession et possédait une attestation pour le transport de bonbonnes de gaz qui fait l’objet d’une enquête jeudi, a précisé la police de Rotterdam.

Les services de déminage qui ont fouillé la camionnette «n’ont rien découvert à côté des bonbonnes» tandis qu’une perquisition de son domicile «n’a livré aucun lien pour le moment avec la menace terroriste au Maassilo», a-t-elle ajouté.

De source judiciaire espagnole, on indiquait dès mercredi soir qu’il n’y avait aucun lien entre cette alerte et les attentats qui ont fait 15 morts la semaine dernière en Catalogne. Le renseignement, ajoutait-on de même source, est le résultat d’une enquête de la Garde civile espagnole en cours depuis un certain temps.

Lors d’une conférence de presse organisée tard dans la soirée, le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, a déclaré qu’il n’était pas non plus possible de dire s’il y avait un lien entre la menace relative au concert et le repérage de la camionnette, mettant en garde contre toute «conclusion hâtive» et appelant à la prudence.

«On aurait tort, à ce stade, d’empiler tous ces faits et de conclure (…) qu’il y avait un plan pour attaquer avec des bonbonnes de gaz, etc. parce que c’était le tableau la semaine dernière à Barcelone», a-t-il dit.

Selon des sources de l’antiterrorisme espagnol citées par l’agence de presse espagnole Europa Press, l’individu n’a a priori pas de lien avec le djihadisme et les bonbonnes de gaz dans son véhicule sont à usage domestique.

Etiquette: ;