La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a admis que le ministère britannique des Affaires étrangères avait commis une «malencontreuse erreur» en envoyant une centaine de lettres à des ressortissants de l’UE qui vivent au Royaume-Uni leur ordonnant de quitter volontairement le pays sous peine d’expulsion

Le Foreign Office britannique a envoyé par erreur à une centaine de citoyens de l’UE des notifications d’expulsion, puis s’est excusé pour cette méprise. L’une des victimes de cette fâcheuse erreur est une enseignante finlandaise d’une école secondaire, Eva Johanna Holmberg, qui l’a signalée sur Facebook, indique mardi le journal Guardian.

Selon Mme Holmberg, qui vit avec son mari britannique depuis environ 10 ans au Royaume-Uni, elle a reçu une lettre du gouvernement l’enjoignant de quitter le pays sous un mois. La lettre indiquait que, en cas de refus, elle violerait les lois sur l’immigration.

Son histoire a été rapidement reprise sur les réseaux sociaux et après que le Guardian a demandé au Home Office de clarifier la situation, le ministère a immédiatement fait volte-face et déclaré que cette lettre avait été envoyée par erreur.

«Un nombre limité de lettres ont été émises par erreur et nous avons examiné de façon urgente comment cela était arrivé. Nous contactons tous ceux qui ont reçu cette lettre afin de leur préciser qu’elle est nulle et non avenue. Il est tout à fait clair que les droits des ressortissants de l’UE vivant au Royaume-Uni restent inchangés», a déclaré un porte-parole du ministère britannique.

Les droits des citoyens de l’UE au Royaume-Uni sont l’un des principaux sujets de discussion concernant la sortie prochaine du pays de l’UE. Londres promet de conserver pratiquement les mêmes droits pour les citoyens de l’UE et après le Brexit.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ;