Selon les sondages, si les élections avaient eu lieu aujourd’hui, Merkel serait en avance sur son adversaire — démocrate-social -Martin Schultz — de 20 %. Bien qu’il n’y ait qu’une seule question : avec qui la chancelière Merkel va construire sa coalition de avec les libéraux ou les «vert» ?

«Bien que les deux candidats organisent des rassemblements et prononcent des discours, le public, et la plupart de la presse semblent indifférents ou ayant choisi , insiste le journaliste Jochen Bittner, — On ne peut pas dire que les Allemands ne s’intéressent par à la politique ou aux problèmes mentionnés ci-dessus. Ils ont simplement accepté le fait que la politique nationale du pays est enchaînée à l’endroit par un consensus centriste, qui laisse peu de place au choix sur le bulletin de vote».

Selon le journaliste, les démocrates chrétiens et les sociaux-démocrates ne discutent pas les problèmes mentionnés ci-dessus, car ils craignent que les débats ouverts ne débouchent sur le mécontentement public. Par conséquent, la discussion de ces questions est aux parties périphériques. En conséquence, le parti «Alternative pour l’Allemagne» (qui s’oppose aux immigrants et contere les grandes personnes) peut avoir des mandats parlementaires et y obtenir la troisième plus grande représentation.

Autrement dit, l’Allemagne est probablement en attente d’un renouveau de la diversité politique, il n’y a rien à regretter. Mais au contraire, le renforcement de la de la démocratie allemande flasque se produira juste où ça sera nécessaire au pays dont l’objectif est de plus en plus de protéger et d’assurer la viabilité de la démocratie dans d’autres parties du monde «, — conclut l’auteur.

Etiquette: