Statue menacée à Central Park, mosaïque du métro redessinée, célèbre restaurant rebaptisé: la chasse aux symboles racistes continue à New York, dans le sillage de la polémique suscitée par les violences de Charlottesville.

La semaine dernière déjà, des plaques à la mémoire du général sudiste Robert Lee avaient été retirées à Brooklyn, et des bustes du même Robert Lee et d’un autre général confédéré, Stonewall Jackson, avaient été déboulonnés dans une université publique du Bronx. Cette semaine, c’est le restaurant du célèbre chef Tom Colicchio, héros de la série télévisée Top Chef, qui a été rebaptisé.

Connu pour ses tweets progressistes et anti-Trump, le chef avait été alerté par le New York Times sur le fait que le nom de son restaurant ouvert en octobre 2016 dans Greenwich Village, « Fowler & Wells », renvoyait à une entreprise ex-occupante des lieux dont les propriétaires étaient férus de phrénologie.

Cette théorie scientifique en vogue au XIXe siècle soutenait que la configuration du crâne permetttait de déterminer la personnalité et les aptitudes intellectuelles. Elle fut souvent utilisée pour justifier l’esclavage des Noirs et les préjugés racistes. Colicchio a indiqué sur Twitter que, à l’issue de travaux de plusieurs dizaines de milliers de dollars, le nouveau nom de son établissement était désormais « Temple Court ».

D’autres monuments à Manhattan sont dans le collimateur: une mosaïque de la station de métro de Times Square –une croix bleue bordée de blanc sur fond rouge, censée symboliser le « carrefour du monde » mais évoquant le drapeau confédéré– doit être prochainement modifiée, a promis la régie des transports new-yorkais.

Central Park n’échappe pas à cette revue en détails. La controverse autour d’une statue située à Harlem, honorant le « père de la gynécologie » James Marion Sims, a enflé ces derniers jours avec une manifestation appelant à la retirer. Ses détracteurs rappellent que ce chirurgien, fondateur du premier hôpital pour femmes à New York en 1855, utilisa des esclaves noires pour ses expériences.

Aucune décision n’a encore été prise. Mais le maire Bill de Blasio a confirmé que le sort du monument serait tranché à l’issue des trois mois d’examen qu’il a annoncés le 16 août de tous les symboles municipaux susceptibles d’évoquer « la haine ». Une plaque honorant le maréchal français Philippe Pétain en tant que héros de Verdun « sera une des premières à être enlevée », avait-il ajouté. Pétain est le symbole de la collaboration des autorités françaises avec l’occupant nazi.

Etiquette: ;