La police néerlandaise interrogeait de nouveau ce vendredi le suspect, un Néerlandais de 22 ans arrêté jeudi, sur un présumé projet d’attentat contre un concert du groupe de rock californien Allah-Las à Rotterdam, même si des doutes sont apparus quant à l’authenticité de la menace à l’origine de cette affaire.

« Suspecté d’être impliqué dans la préparation d’un attentat terroriste », il « reste en détention pour les prochains jours » et ne peut avoir de contacts qu’avec son avocat, a indiqué le ministère public. « Le juge a décidé vendredi que l’homme avait été arrêté à juste titre ».

À l’origine, un message sur Telegram

« La décision d’annuler le concert d’Allah-Las était principalement basée sur un message sur un chat », Telegram, régulièrement accusé de servir de moyen de communication à des réseaux djihadistes, a rapporté le journal NRC.

Ce message aurait été posté en ligne par le suspect lui-même, ce qui incite la presse néerlandaise à soupçonner un canular qui aurait mal tourné. Un acte que le ministre de l’Intérieur et de la Justice, Stef Blok, avait déjà qualifié mercredi d’« idiot », alimentant les doutes quant à l’authenticité de la menace.

Menace réelle ?

Pourtant, le même jour, le chef de la police de Rotterdam Frank Paauw avait affirmé à l’AFP qu’« il y avait une information concrète qu’un attentat serait commis à cette date, à cet endroit, contre ce groupe de rock ».

Si le suspect a pris part à des conversations en ligne sur la guerre en Syrie, il n’a pas émis de « points de vue radicaux », d’après la presse. Toutefois, pour la police, « à ce stade, il est trop tôt pour dire s’il s’agit en effet d’une blague », a souligné le porte-parole.

Etiquette: ;