Le gouvernement israélien a confisqué cinq locaux mobiles, financés par l’Union européenne et utilisés comme écoles à Jab al-Zeb, à l’est de la ville de Bethlehem en Cisjordanie, annonce l’agence Wafa en se référant à des responsables palestiniens

Mercredi, les 64 élèves d’une des écoles mobiles de Jab al-Zeb sont venus «en classe» et ont pris place sur des chaises qu’ils avaient apportées eux-mêmes pour assister à leurs cours à ciel ouvert.

«Je suis très déçu. Au lieu de me réjouir de la rentrée, j’ai vu que l’école dont j’avais tant rêvé n’existait plus. C’est qu’auparavant j’allais dans une autre école très éloignée de chez moi», a avoué à l’agence Hasan Naif, élève de troisième.

Les autorités israéliennes ont justifié leur démarche par l’absence des licences requises pour la construction desdites écoles. Selon les habitants de Jab al-Zeb, les Israéliens sont venus la nuit les privant ainsi de la possibilité de faire appel à la justice pour protester.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a annoncé pour sa part que, dimanche soir, le gouvernement israélien avait détruit l’école maternelle de Djebel Al-Baba, dans la banlieue de Jérusalem-Est. Ouvert grâce au soutien de l’Union européenne, cet établissement était fréquenté par 25 enfants âgés de moins de cinq ans.

Des crimes contre les Palestiniens et leur droit à l’éducation sont enregistrés tous les jours. Toujours selon l’agence palestinienne Wafa, aujourd’hui même, la police israélienne a fait irruption dans l’école secondaire d’un orphelinat de Jérusalem pour y arrêter deux élèves.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;