À court terme, les États-Unis n’envisagent aucune action militaire contre le Venezuela. Le recours potentiel à la force ne sera examiné qu’en cas d’une dégradation continue de la situation dans ce pays latino-américain, a déclaré vendredi le conseiller du Président américain sur la sécurité nationale, le général Herbert McMaster

L’administration de la Maison-Blanche examine plusieurs scénarios pour le Venezuela, pays en proie, d’après Washington, à la dictature de Nicolas Maduro. Le recours à la force n’est pas exclu, mais seulement si la situation dans ce pays latino-américain continue de se dégrader, a fait savoir vendredi Herbert McMaster, conseiller du Président américain sur la sécurité nationale.

«Nous n’examinons pas que les possibilités purement politiques, purement économiques ou purement militaires. Nous tentons d’en faire la synthèse pour la soumettre au Président [Trump, ndlr]», a-t-il déclaré lors d’un point de presse, répondant à la question d’un journaliste visant à savoir si les États-Unis envisageaient une option militaire du règlement de la situation au Venezuela.

Le général a pourtant souligné qu’à court terme, Washington n’envisageait aucune opération militaire contre Caracas. «Toute décision sera prise conjointement avec nos partenaires dans la région», a-t-il dit, soulignant que le renversement des autorités dans ce pays n’était pas dans les projets des États-Unis.La Maison-Blanche a imposé vendredi de nouvelles sanctions financières au Venezuela, parmi lesquelles l’interdiction d’acheter de nouvelles obligations émises par le gouvernement du Venezuela ou la compagnie pétrolière nationale PDVSA.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;