L’Union européenne sera plus sévère sur la politique de la Serbie, écrit l’édition de Belgrade « Evening News », citant une source dans l’administration de l’UE. L’accent sera mis sur les questions du Kosovo, des relations avec la Russie et du droit.

Un certain nombre d’États insistent sur la mise en œuvre rapide du Chapitre 31 – négociations sur l’adhésion de la Serbie à l’UE, qui englobe les questions de sécurité et de politique étrangère. Cela est particulièrement important pour la Serbie, car il s’agit de ses relations avec la Fédération de Russie.

Compte tenu des relations compliquées avec Moscou en raison des intérêts personnels, la Pologne et les pays baltes sont en avance sur cette question, bien que l’Estonie soit en train de présider l’UE jusqu’à la fin de l’année.

« Le problème est que la base des négociations sur ces questions n’est pas encore techniquement prête et ne sera pas prête en 2017. C’est pourquoi le chapitre 31 peut ralentir quelque peu l’euro-intégration de la Serbie « , explique Bruxelles.

« Pendant ce temps, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et la Pologne insistent à ce que ce processus soit accéléré afin de rapidement « faire éloigner Belgrade de Moscou » à l’aide de nouvelles conditions dans les négociations. Il y a un accord informel sur le retard jusqu’à la fin de cette année, tandis que les chapitres « économiques » s’ouvrent. En janvier, une pression sérieuse sur le «problème russe» commencera, annonce l’Agence «Novosti».

En ce qui concerne le Kosovo, Bruxelles cherche de nouvelles opportunités pour la normalisation des relations et, dans ce sens, il attend beaucoup du dialogue interne, annoncé dans la communauté serbe, qui va bientôt commencer. Dans le domaine du droit, l’UE veut aborder ce sujet « avec le même enthousiasme avec lequel les réformes économiques sont réalisées ».

Etiquette: ; ;