Il s’agit de la plus petite armée du monde (110 hommes d’active) mais elle n’a en rien un rôle d’apparat. La Garde suisse du Vatican a pour mission de veiller sur la sécurité du souverain pontife en exercice, en l’occurrence, le pape François.

Et face à la menace terroriste qui plane sur l’Europe, la force armée a décidé de renfoncer ses mesures de sécurité dans la cité située au cœur de Rome rapporte le journal La Croix.

Le colonel Christoph Graf, commandant de la garde pontificale, a expliqué samedi 19 août à Soleure (Suisse) que, dans le contexte terroriste actuel, la troupe de protection du pape était «préparée» à faire face à un attentat comme celui qui venait d’avoir lieu à Barcelone.

«Ce n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’un tel attentat se produise à Rome. Mais nous y sommes préparés«, a-t-il fait savoir selon catch.ch, un site d’information suisse spécialisé sur les actualités de l’Eglise catholique. L’officier supérieur a tenu à rappeler «que les gardes ne sont pas seulement un sujet photographique pour les touristes avec leur costume pittoresque, leurs épées et leurs hallebardes«.

Ainsi, la formation des aspirants garde suisse a été passé de deux à quatre mois en collaboration avec la police du Tessin (canton suisse). Au menu: incitation au tir, à la sécurité rapprochée, à la protection incendie, aux premiers secours et aux questions juridiques.

Le niveau de sécurité est déjà «très élevé» au Vatican rappelle La Croix qui précise que «La via della Conciliazione, la grande avenue qui mène au Vatican depuis le Tibre, est notamment coupée par plusieurs barrières et blocs de béton et de nombreux véhicules de police et de l’armée y stationnent de manière bien visible«. Une manière de lutter contre la menace des véhicules-béliers, arme privilégié des djihadistes en Europe.  Les fouilles de la police italienne, préalables à l’accès des personnes à la place Saint-Pierre, ont également été renforcées.

L’Etat islkamique a plusieurs fois menacé d’attaques terroriste le Saint-Siège, notamment par le biais de ses médias.. En 2015, l’organisation djihadiste faisait paraître son magazine de propagande Dabiq, où l’on pouvait voir le drapeau noir de l’EI flotter au-dessus de l’obélisque de la place Saint-Pierre. L’ancien porte-parole de Daech, Abou Mohammed Al Adnani (tué en Syrie en 2016) avait plusieurs fois menacé le Vatican dans des vidéos.

«Notre chemin nous mènera jusqu’à Rome, même si les apostats et les hypocrites nous méprisent» ou encore «On va conquérir Rome, casser votre croix, et faire de vos femmes des esclaves, avec la permission d’Allah, le très haut«.

Lien

Etiquette: ;