La cellule terroriste des attentats de Barcelone et de Cambrils a réussi à échapper aux contrôles destinés à détecter les menaces potentielles, a déclaré aujourd’hui le ministre espagnol de l’Intérieur, Juan Ignacio Zoido.

La semaine dernière, Reuters a rapporté que la police autonome catalane, les Mossos d’Esquadra, n’avait pas fait le lien entre une explosion dans une maison d’Alcanar, située à environ 200 km au sud-ouest de Barcelone où se trouvait le cerveau présumé des attentats, et l’existence d’une cellule terroriste.

Le ministre de l’Intérieur a admis que les terroristes avaient échappé aux contrôles sur l’acquisition du matériel nécessaire à la fabrication d’une bombe, dont 120 bombonnes de gaz.

«Il est vrai que ces contrôles existent. Il est possible que certaines vérifications n’aient pas été effectuées dans cette affaire et nous allons déterminer comment éviter que cela ne se reproduise», a dit Juan Ignacio Zoido à la radio espagnole.

Il a pris la défense des polices catalane et espagnole, notamment à propos des allégations selon lesquelles des erreurs de procédures et un manque de communication les ont peut-être empêchées de déjouer l’attaque au fourgon-bélier qui a coûté la vie à 14 personnes sur les Ramblas à Barcelone. Selon le ministre, les forces de police ont travaillé ensemble et analyseront avec attention s’il y a eu des erreurs, une fois que l’enquête sera terminée.

Etiquette: ;