L’euro grimpait mardi à son plus haut depuis janvier 2015 face à un dollar affaibli par les inquiétudes suscitées par la Corée du Nord, après que la Fed et la BCE ont adopté un ton prudent la semaine dernière.

Vers 15.00 (heure de Paris), l’euro valait 1,2032 dollar contre 1,1978 dollar lundi vers 23.00. Vers 08H10 GMT, la monnaie européenne avait grimpé à son plus haut depuis janvier 2015, à 1,2070 dollar.

La devise européenne reculait face à la devise nippone, à 130,59 yens, contre 130,86 yens lundi soir.

Le dollar reculait aussi face à la monnaie japonaise, à 108,52 yens, après avoir atteint un plus bas en près de quatre mois à 108,27 yens vers 09H30 GMT, contre 109,26 yens pour un dollar lundi soir.

Les cambistes s’éloignaient des valeurs à risque, alors que la Corée du Nord a mené mardi un tir de missile balistique qui a survolé le Japon pour s’abîmer dans le Pacifique.

«Le missile s’est abîmé dans l’océan, mais il a au moins touché le moral des marchés, et les investisseurs s’éloignent le plus possible du risque. Vu où le conflit prend place, et les parties impliquées, c’est l’euro, plus que le dollar, qui sert de valeur refuge», ont expliqué les analystes de RaboBank.

Par ailleurs, les Etats-Unis font face aux inondations monumentales causées par la tempête Harvey, qui paralyse notamment la métropole de Houston au Texas.

«S’il n’est pas certain que la tempête aura un effet marqué sur la macro-économie américaine, le nombre de personnes recherchant un emploi pourrait toutefois augmenter», ce qui pèserait sur le dollar, a noté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets.

Mais l’analyste soulignait cependant que la faiblesse du dollar était surtout due à la déception des cambistes après la réunion de Jackson Hole (Wyoming, centre-ouest des États-Unis), où certains des plus grands banquiers centraux se sont exprimés jeudi et vendredi.

Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) et Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), se sont abstenus de tout commentaire sur le marché des changes ou sur l’évolution de leur politique monétaire respective.

«Le silence de Janet Yellen a ravivé les craintes que la Fed ne remette à plus tard la prochaine hausse des taux d’intérêts», a expliqué Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com.

Quant à la BCE, «Elle doit faire face à un dilemme de taille, car un euro fort défavorise les pays exportateurs de la zone euro. La Banque doit elle mettre un terme, ou ralentir, sa politique accommodante, et espérer que cela ne déraille pas la fragile reprise économique en Europe ?», s’est demandé Jordan Hiscott, analyste chez Ayondo Markets.

Le billet vert, qui s’était stabilisé au mois d’août après plusieurs mois de nette baisse, pourrait être fortement influencé par les prochaines statistiques économiques américaines, dont le rapport mensuel sur le chômage et l’emploi aux États-Unis, attendu vendredi.

Du côté de la zone euro, seront surveillées la publication des chiffres sur l’inflation jeudi et surtout une réunion de la BCE le 7 septembre au cours de laquelle doit être discutée l’éventuelle réduction du programme de rachat d’actifs mené actuellement par la banque. L’institut monétaire acquiert actuellement des obligations à hauteur de 60 milliards d’euros par mois.

Vers 13H00 GMT, la livre britannique baissait face à l’euro, à 92,88 pence pour un euro, ayant atteint son niveau le plus faible en près de 11 mois à 08H55 GMT à 93,07 pence. Début octobre 2016, un plongeon éclair avait fait tomber la livre à son niveau le plus faible depuis fin mars 2009, à 94,15 pence.

La livre montait face au dollar, à 1,2958 dollar pour une livre.

La monnaie suisse montait face à l’euro, à 1,1380 franc pour un euro, et montait également face au dollar, à 0,9456 franc pour un dollar, ayant atteint son plus haut niveau depuis deux ans vers 09H30 GMT, à 0,9429 franc pour un dollar.

La devise chinoise valait 6,5950 yuans pour un dollar après avoir atteint 6,5928 yuans, à son plus fort depuis 14 mois, vers 09H30 GMT, contre 6,6144 yuans pour un dollar lundi à 15H30 GMT.

L’once d’or s’échangeait pour 1.323,40 dollars au fixing du matin, proche de son plus haut en neuf mois atteint vers 08H00 GMT à 1.326,16 dollars, contre 1.285,30 dollars au fixing de vendredi soir, l’or n’ayant pas eu de fixing à Londres lundi en raison d’un jour férié.

Lien

Etiquette: ; ;