«La communauté musulmane se reconnaît en nous comme nous nous reconnaissons en elle.» Interpellés par la vague de haine dirigée actuellement envers la communauté musulmane de Québec, des dirigeants autochtones se sont levés vendredi pour lancer un appel à la tolérance et à l’ouverture.

«La ville de Québec traverse des périodes assez éprouvantes, et on sait tous que les racines de l’intolérance sont profondes», a laissé entendre le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, lors de la cérémonie d’ouverture du tout premier événement KWE!, qui se tiendra jusqu’à dimanche à la place de l’Assemblée-Nationale. «Et j’aimerais reconnaître le courage du maire de Québec, M. Labeaume, qui a décidé de confronter la haine. C’est le geste qu’il nous faut poser.»

Rappelons que la voiture de Mohamed Labidi, président du Centre culturel islamique de Québec, a été incendiée dans la nuit du 5 au 6 août. Si la police refuse de confirmer la nature haineuse du geste, le maire de Québec, lui, affirme qu’il s’agit là d’un acte dirigé vers la communauté musulmane de Québec.

Lui-même présent vendredi soir à la cérémonie d’ouverture de KWE!, Régis Labeaume a semblé touché par le message positif que véhicule l’événement. «Je trouve ça magnifique. […] Ça ressemble à Québec, ça ressemble à la Capitale-Nationale.» Mercredi, il avait dit littéralement l’inverse du geste posé à l’endroit de M. Labidi.

«Les mots vivre ensemble, découvrir l’autre, tendre la main, se connaître, s’aimer… Ça prend une connotation un peu particulière cette semaine, parce que j’ai l’impression que ma ville n’est peut-être pas celle tout à fait que je croyais qu’elle était. […] Sans vouloir être alarmiste, j’ai certaines craintes. Il va falloir qu’on apprenne à se découvrir, à se tendre la main, à s’aimer, et surtout, à se comprendre.»

«Prendre une part de responsabilité»

Konrad Sioui, grand chef de la nation huronne-wendat, a quant à lui dénoncé la banalisation des gestes haineux posés contre la communauté musulmane. «C’est pas vrai que c’est des cas isolés. […] J’entends les radios, j’entends des commentateurs. Ils sont tous sur ce mode-là. «On est parfait, c’est un cas isolé, il n’y a rien là.» Arrêtons de parler de même et de penser de même. Je ne veux pas dire qu’il faut se rendre coupable, mais prendre une part de responsabilité.»

Par des spectacles, des discussions et des démonstrations, pour ne nommer que ça, l’événement KWE! propose d’aller à la rencontre des 11 nations autochtones québécoises. Il s’agit d’une première pour la ville de Québec, se réjouit le porte-parole Stanley Vollant. «Pour moi, c’est un événement marquant, et j’espère que c’est la première d’une série de plusieurs années.» Ce à quoi le maire Labeaume a déjà acquiescé vendredi en terminant son discours par : «Je vous dis déjà à l’an prochain!»

Lien

Etiquette: ; ;