La présidente du FN fait sa rentrée médiatique ce jeudi après une longue cure de silence. Elle trépigne d’impatience de reprendre le flambeau de l’opposition, monopolisé par la France Insoumise.

«Marine est reposée, combative, elle a les idées claires», confiait ce lundi Florian Philippot. Abattue par sa défaite à l’élection présidentielle, l’adversaire finaliste de Macron s’est montrée pour le moins atone dans les débuts, pourtant mouvementés, de la nouvelle législature. Celle qui s’affirmait en mai dernier comme cheffe de file de l’opposition en France n’a pas pu former de groupe parlementaire et s’est fait voler la vedette par son ennemi politique de toujours: Jean-Luc Mélenchon. De retour sur le devant de la scène politique et médiatique cette semaine, elle trépigne de lui disputer le leadership. «Mélenchon par-ci, Mélenchon par-là, je n’en peux plus! À croire que c’est lui qui est arrivé au second tour!», fulmine-t-elle, citée par Paris Match.

«Épuisée» par la séquence électorale, selon ses propres mots, Marine Le Pen s’est économisée ces derniers mois. Avec son compagnon Louis Aliot et leurs enfants respectifs, la présidente du FN a pris le large à Millas, dans les Pyrénées-Orientales. «Elle avait besoin de prendre du recul. La cicatrice du débat de l’entre-deux-tours a mis longtemps à se refermer mais c’est fait aujourd’hui», explique le député du Nord Sébastien Chenu. Cette absence remarquée a laissé toute fois libre cours aux règlements de comptes internes entre ses principaux lieutenants le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, et le vice-président du parti, Florian Philippot. Mais la députée du Nord entend bien siffler la fin de la récréation, au cours d’une rentrée médiatique et politique dense: un 20 heures sur TF1 ce jeudi, un discours à Brachay (Haute-Marne), samedi, et des journées pour les élus du parti les 30 septembre et 1er octobre.

«Le FN ne sert à rien» pour Mélenchon

Surnommé «l’imposteur» en privé par Marine Le Pen, le tribun Mélenchon était l’invité mardi de BFM TV. Lui-même n’était pas très amène avec son ancienne adversaire des législatives de 2012 à Hénin-Beaumont: «Le Front national, moi, j’ai toujours dit qu’il ne servait à rien, et bien ils le démontrent», a-t-il jugé. «J’ai trouvé qu’on était très bienveillant dans la presse à leur égard. Ils sont maintenant là-haut sept, ils n’utilisent aucun de leurs droits de parlementaires. Ils pourraient intervenir sur tous les amendements, sur tous les articles de la loi travail et on ne les a jamais entendus. Donc ce sont des gens qui ne servent à rien. Ils ont renoncé à leur mission de représentation politique», a encore accusé le député de Marseille.

Lien

Etiquette: ; ; ;