Bien sûr que certains lecteurs s’intéressent justement à la situation autour d’un nouveau scandale criminel qui a encore secoué le Royaume-Uni.

Rappelons que près d’une centaine de filles de Newcastle ont été victimes de bandes ethniques de violence sexuelle, des originaires de Pakistan. Malgré plusieurs jours de bruit, l’histoire a rapidement disparu des nouvelles principales. En fait, la même situation qu’à Rotherham a répété – après l’arrestation d’un groupe pareil de violeurs, le crime n’a pas reçu sa suite logique. Les responsables locaux qui connaissaient et couvraient les violeurs n’avaient pas subi de punition grave.

Dans la situation du scandale à Newcastle, la seule personne qui s’est comportée correctement, était ministre à l’ombre pour les questions de l’égalité et les droits des femmes, Sarah Champion. Champion représente l’un des comtés de la ville de Rotherham, c’est pourquoi elle connaît la profondeur de la situation.
Dans son article pour le tabloïd britannique « The Sun » ministre de l’ombre a ouvertement déclaré qu’il y a une certaine tendance où les bandes pakistanaises choisissent pour leurs viols de jeunes femmes britanniques. Selon Champion, il est temps d’ouvrir les yeux sur la croissance de ces groupes ethniques. Dans le Parti travailliste, un scandale interne a éclaté, et Champion a été obligé de quitter son poste de ministre. Dans le même temps, certains membres de la bande de Newcastle ont commencé à avoir leurs condamnations. Ainsi, l’un des principaux violeurs Rahim (père de deux filles), a été condamné par le le tribunal à 29 ans de prison. Au total, rappelons-nous, sur le banc des accusés il ya 18 membres de la bande.

Etiquette: