Cette semaine, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, publiera un message plus positif sur l’état d’avènement de manière plus optimiste qu’il y a un an, lorsque le bloc de 28 pays avait été choqué par la décision du Royaume-Uni d’abandonner l’UE.

Comme signe de la confiance renouvelée de l’UE, Juncker insistera sur la conclusion de pactes de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, alors que les États-Unis se closent en eux-même, avec un système à blocs pour suivre les interdictions étrangères de contrôle sur soi-même et une intégration bancaire plus profonde dans la zone euro.

La place de Junker sous le soleil est juste au moment où la Premier ministre britannique Theresa May lutte pour tirer parti des négociations de divorce, la chancelière allemande Angela Merkel devrait passer un quatrième mandat, et la victoire d’Emmanuel Macron en France a couronné la victoire des forces de l’UE aux élections. En conséquence, le bloc se sent capable d’évincer les forces centrifuges qui avaient été affaiblies depuis qu’ils avaient avancé le vote sur Brexit et s’étaient effondrées sur les principaux partis politiques en Europe.

Dans un discours du 13 septembre au Parlement européen à Strasbourg, le Junker demandera aux gouvernements de l’UE de donner à sa commission, le pouvoir exécutif de l’UE, l’autorisation de lancer des négociations de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

« La décision du Royaume-Uni de partir est une erreur pour lui, mais la démocratie est la démocratie », a déclaré le président du Parlement de l’UE, Antonio Tajani lors d’une réunion à Bruxelles le 6 septembre.

Sans aucun doute, l’UE a une part équitable de risques prolongés. Sur le flanc sud – en Italie et en Espagne – il y a des gouvernements et des banques faibles, Macron devrait mener à bien la restructuration économique interne requise par l’Allemagne, et la Pologne a causé des craintes sans précédent à l’égard de la retraite démocratique dans le bloc et une rupture entre les voisins occidentaux.

Etiquette: