Aujourd’hui, Emmanuel Macron va affronte sa toute première grève contre les ordonnances réformant le droit du travail.

A l’appel de la CGT et de plusieurs autres syndicats des services publics plus de 180 manifestations sont prévues dans la journée tandis que plus de 4000 appels à la grève ont été déposés.

Des débrayages sont notamment attendus dans les transports, chez Air France, mais aussi à la SNCF : si le trafic sera normal sur les TGV, Thalys et Eurostar. En banlieue parisienne, un train sur deux circulera mardi sur la ligne du RER B, 2 trains sur 3 sur les lignes C et D. Reste à savoir maintenant si la mobilisation prendra.

Для плеера требуется установить Flash Player

Frédéric Dabi, IFOP : “Pour l’instant le risque est diminué dans la mesure où le front syndical est divisé et complètement désuni sur cette loi. Maintenant, dans un sondage Ifop-Fiducial pour sud Radio publié lundi 11 septembre on voit qu’une majorité de Français jugent le mouvement social tout à fait justifié. Le soutien c’est quand même deux-tiers des salariés.”

Signe de la désunion, les syndicats réformistes CFDT ou la CFECGC pour les cadres ne descendront pas dans la rue mardi , ni Force ouvrière, le 3ème syndicat le plus représenté en France après la CFDT et la CGT.

Deux autres manifestations sont d’ores été déjà programmées d’ici la fin du mois de septembre. Le 23 c’est le parti de Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise qui sera cette fois à la manoeuvre.

Etiquette: ; ;