Un «  incident  » s’est produit vendredi 15 septembre au matin dans une station du métro londonien dans le sud-ouest de la capitale britannique alors que des témoins cités par les médias britanniques ont évoqué une «  explosion  ».

La police a décidé de traiter l’affaire comme un acte terroriste. «  Nous sommes au courant d’un incident à la station de métro de Parsons Green. Des policiers sont sur place  », avait tweeté la police de la ville. Les services d’ambulance londoniens ont également indiqué se trouver sur place.

«  Nous avons été appelés à 8 h 20  », ont précisé les services ambulanciers, ajoutant avoir envoyé sur place «  de multiples équipes  », dont du personnel entraîné à intervenir dans des conditions dangereuses. Vingt-deux blessés ont été traités à l’hôpital à la suite de l’attentat, ont annoncé les services de santé, précisant qu’aucun d’entre eux n’était grièvement atteint. Dix-huit blessés ont été amenés dans plusieurs hôpitaux par les services ambulanciers depuis la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de Londres, et quatre autres se sont présentés d’eux-mêmes, selon un communiqué des services de santé.

Selon des témoins cités par le journal The Sun, une «  explosion  » s’est produite à l’heure de pointe dans une rame du métro, blessant des passagers, brûlés au visage. Une journaliste du site Metro.co.uk, présente sur place, a elle aussi évoqué des personnes blessées au visage et des photos diffusées sur Twitter montraient un seau blanc en train de brûler dans un sac en plastique de supermarché à l’intérieur d’une rame de métro. Des fils électriques en sortaient. Un témoin, Peter Crowley, a décrit «  une boule de feu  » dans le métro et a posté sur son compte Twitter des photos montrant son front brûlé. La police a confirmé qu’il s’agissait d’un engin explosif « artisanal ».

«  Un sac, un flash et un bang  »

Un témoin cité par l’agence Press Association, Richard Aylmer-Hall, 52 ans, a décrit une scène de «  panique  ». «  C’était la panique, beaucoup de gens criaient, hurlaient  », a-t-il dit. «  Il y avait une femme qui a dit avoir vu un sac, un flash et un bang. De toute évidence, quelque chose a explosé  », a-t-il dit. «  J’ai vu deux femmes se faire soigner par des ambulanciers.  » La journaliste de la BBC Riz Lateef, qui se trouvait dans la station pour se rendre à son travail, a également évoqué une scène de «  panique  » et «  des gens qui se précipitaient hors du train  ». Une autre témoin, Robyn Frost, arrivait, elle, à la station quand elle a vu des gens fuyant le métro. «  Je suis entrée dans la station, il y avait du sang sur le sol et des gens qui se précipitaient dans les escaliers en criant : Sortez  ! » a-t-elle dit, sur la BBC.

Environ une heure après l’incident, les environs de la station étaient bouclés par la police, qui a dressé un cordon de sécurité et posté des hommes équipés de fusils d’assaut, selon un photographe de l’Agence France-Presse.

Etiquette: ;