Semaine chargée pour le président. Emmanuel Macron arrive ce lundi à New York où il doit assister à sa première Assemblée générale de l’Organisation des nations unies (ONU), la grand-messe des relations internationales.

Six membres du gouvernement accompagnent le chef de l’Etat pour ce déplacement de trois jours, préparé comme une mission commando. 20 Minutes fait le point sur le marathon new-yorkais du président. Au menu : climat, Sahel et éducation.

Un discours et des rencontres bilatérales

Il sera prononcé par Emmanuel Macron mardi, à midi (heure de New York), au siège de l’organisation, devant les représentants de 193 pays. Pour ce jeune président, peu connu sur la scène internationale avant son élection, il s’agit d’une tribune non négligeable. Selon l’Elysée, il livrera « sa vision du multilatéralisme dans un contexte de crises internationales ».

Ce séjour new-yorkais offre aussi au Président l’occasion de rencontrer ses homologues. A commencer par le président américain, qu’il verra dès la sortie de l’avion. Emmanuel Macron s’entretiendra également pour la première fois avec ses homologues iranien et turc ainsi qu’avec le nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. En plus de ces trois rencontres bilatérales, le chef de l’Etat assistera également à un G5 Sahel avec les présidents malien, mauritanien, tchadien, burkinabé, nigérien et guinéen.

« Cette séquence se caractérise par l’épaisseur des enjeux. Le discours devant l’Assemblée est assez formel, limité dans le temps [une quinzaine de minutes], mais la fonction de cet événement est double : dans les couloirs, de multiples rencontres avec les homologues s’organisent », explique Bertrand Badie, professeur de relations internationales à Sciences Po Paris.

Face-à-face avec Trump sur le climat

Après la série d’ouragans dévastateurs qui ont marqué le début du mois de septembre, le président français défendra mardi le « pacte mondial pour l’environnement ». Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique qui avait qualifié le retrait de Washington de l’accord de Paris, fait aussi partie du voyage, comme le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a dit ce lundi « espérer toujours convaincre » les Etats-Unis de rester dans l’accord conclu lors de la COP21 il y a près de deux ans.

« Une bataille d’image » devrait se jouer entre les présidents français et américain, selon Bertrand Badie. « C’est une bataille d’opinion publique, Donald Trump ne veut pas se défausser de ses engagements de campagne, tandis qu’Emmanuel Macron veut se faire le défenseur prioritaire des accords de Paris ».

Rencontres avec des chefs d’entreprise et des expatriés

Emmanuel Macron ne rencontrera pas seulement des personnalités politiques à New York. Il assistera mardi à une soirée « avec la communauté française » et rencontrera mercredi le Prix Nobel de la Paix Malala Yousafzai, Bill et Melinda Gates ainsi que des chefs d’entreprise, dans le cadre d’un forum organisé par l’ancien maire de la ville, Michael Bloomberg.

Après cette séquence diplomatique très chargée, le président rentrera à Paris mercredi soir, à la veille de la journée de mobilisation contre la réforme du Code du travail organisée par plusieurs syndicats.

Etiquette: ;