À dix jours du référendum sur l’autodétermination de la Catalogne jugé illégal par le Conseil constitutionnel, le président du Parlement régional Carles Puigdemont a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur la crise politique avec le gouvernement de Rajoy et sur les conséquences d’une éventuelle indépendance vis-à-vis de l’Union européenne.

Для плеера требуется установить Flash Player

La Catalogne est en ébullition à dix jours du référendum sur l’indépendance de la région, interdit par le gouvernement madrilène. « Nous avons été élus aux élections régionales en 2015 pour organiser ce scrutin », a déclaré Carles Puigdemont, le président de la région interviewé par France 24 mercredi 20 septembre.

L’indépendance de la Catalogne est « une question politique qui ne doit pas être réglée par la justice, la police ou les médias mais par le chef du gouvernement, a-t-il ajouté. Pourquoi Rajoy a-t-il toujours refusé de s’asseoir pour parler de ce sujet ? »

L’arrestation de hauts fonctionnaires catalans, la saisie de 10 millions de bulletins de vote, qui ont provoqué ces dernières heures des manifestations des indépendantistes dans les rues de Barcelone, révèlent, selon Carles Puigdemont, « l’incapacité du Premier ministre espagnol à résoudre à une crise politique sérieuse ». « Nous sommes ouverts à entendre les propositions du gouvernement madrilène », a-t-il ajouté.

Etiquette: ; ;