La définition de la Russie en tant que «pays-agresseur» par la partie ukrainienne contredit l’état réel des affaires dans le sud-est de l’Ukraine et ne laisse aucune place à un compromis sur la mission de maintien de la paix, a déclaré le porte-parole du Président russe Dmitry Peskov.

« Compte tenu de la position que, la Russie serait agresseur, bien sûr, il n’y a guère de marge de manœuvre, car cette position est absolument contraire à l’état réel des choses. La Russie n’est pas une partie à ce conflit, elle est à côté des autres pays connus, un garant de la mise en œuvre des documents fondamentaux sur lesquels tout le processus de règlement repose et peut reposer », at-t-il déclaré lors du briefing.

Peskov a souligné que tous compromis étant formulé auraient leur degré de recevabilité.

« La Russie et le Président Poutine ont prouvé à plusieurs reprises leur volonté de faire tout leur possible pour parvenir à un compromis. Mais tout compromis a un certain degré de raisonnabilité et d’admissibilité « , a précisé le porte-parole.

Plus tôt, lors de son discours au Conseil de sécurité de l’ONU le président de l’Ukraine Pyotr Porochenko a appelé au déploiement d’une mission de maintien de la paix dans le Donbass dans les plus brefs délais.

Etiquette: ;