Un buste en bronze de Joseph Staline a été inauguré aujourd’hui à Moscou, aux côtés de ceux des autres dirigeants soviétiques, malgré des critiques y voyant une nouvelle tentative des autorités de réhabiliter le dirigeant soviétique.

La sculpture a été inaugurée en même temps que celle des six autres dirigeants soviétiques, disposées dans l’ordre chronologique de Lénine, fondateur de l’URSS, à Mikhaïl Gorbatchev, son fossoyeur. Elles viennent rejoindre 33 autres bustes composant « l’allée des dirigeants », qui retrace l’histoire de la Russie.

Cette allée est l’initiative de la Société russe d’Histoire militaire, une organisation fondée par le président Vladimir Poutine et dont le président est l’actuel ministre de la Culture Vladimir Medinski. Le réalisateur et député Stanislav Govoroukhine a expliqué lors de la cérémonie d’inauguration que le projet était destiné à la jeune génération, qui doit connaître une version « impartiale » de l’histoire russe.

La figure de Staline continue de diviser profondément la société russe, certains y voyant le moteur de l’industrialisation du pays et de la victoire sur l’Allemagne nazie, d’autres dénonçant un tyran à l’origine de millions de morts. La tombe de Staline se trouve toujours au pied du Kremlin, sur la place Rouge, juste derrière le mausolée de Lénine, son prédécesseur.

« Staline n’a-t-il pas dirigé la Russie? », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, soulignant que l’inauguration de ce buste s’inscrivait dans le projet plus large de l' »allée des dirigeants ». « Un monument inauguré dans un espace public représente une reconnaissance pour des actions passées », a rétorqué l’historien Ian Ratchinski de l’organisation Memorial, principale ONG de défense des droits de l’Homme en Russie. « Le problème est que nos compatriotes ne comprennent tout simplement pas l’étendue des crimes de Staline et ne savent pas ce qu’ont été ses purges », a-t-il affirmé.

Etiquette: ; ;