Du 22 au 24 septembre à Podgorica (Monténégro), au cours 14ème Championnat ouvert du Jiu-Jitsu des Balkans parmi les jeunes hommes et filles, un scandale politique a été inattendu pour l’épreuve sportive.

Tel qu’indiqué par la chaîne Telegram « Laveuse de Kremlin », les autorités locales ont commencé à se moquer dès le débur des gars de l’équipe russe. Pour commencer, ils ont été refusés de s’installer dans l’hôtel pendant une longue période, et seulement après une longue escroquerie, l’équipe de 35 personnes s’est finalement installée dans l’hôtel « Europe » près de la gare.

Ensuite, les organisateurs de la compétition ont tout fait pour s’assurer qu’il n’y avait aucune indication sur l’uniforme de l’équipe que c’était une équipe russe.

«Malgré toutes les chicaneries et l’intimidation pure et simple, nos gars gardent courage et restent calmes», – a raconté par téléphone à l’édition-réseau « Journal de Moscou » la mère de l’un des participants russes, Anna Kaplounenko, qui est maintenant à Podgorica, – «Ici, les choses étranges se produisent. Nous, comme toutes les équipes, avons immédiatement remis le kimono de nos gars et de nos filles, afin que les organisateurs leur mettent des emblèmes avec les armoiries de Russie et l’inscription «Russie». Cependant, un certain temps après, nous avons reçu les kimonos « propre », et quand nous avons demandé où sont les armoiries de Russie, on nous a dit que ces patchs « se sont perdus quelque part ». Le plus intéressant, qu’aucune autre équipe n’avait pas de patchs « perdus », cela n’a affecté que notre équipe russe ».

Etiquette: ;