Les socio-démocrates allemands ressortent essorés de la campagne électorale qui s’achève. Dimanche soir, les premiers sondages sortie donnaient au SPD entre 20 et 21 % des voix soit le plus faible score de son histoire.

Si les socio-démocrates restent la seconde force politique en Allemagne, Martin Schulz a rapidement tiré leçons d’un échec personnel.

_“Aujourd’hui est un jour amer et difficile pour la sociale-démocratie allemande. Je le dis clairement : nous n’avons pas atteint notre objectif. Après la défaite dans notre bastion de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, nous avons perdu les élections générales. (…) “Ce soir signe la fin de notre coopération avec la CDU/CSU au sein de la grande coalition.”

Désormais dans l’opposition, le SPD n’entend pas rester les bras croisés. Face à l’entrée de l’extrême droite au Bundestag, Martin Schulz a promis de se battre pour la “la tolérance” et la “démocratie”.

Etiquette: