Le discours du président français Emmanuel Macron mardi pour relancer l’Union européenne a été largement approuvé par Bruxelles, qui relève cependant qu’une partie de ses propositions converge avec des idées déjà avancées par la Commission.

“Merci pour votre soutien au travail des institutions” européennes, a résumé dans un tweet le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, saluant le “discours très européen” de son “ami Emmanuel Macron”.

“Rafraîchissant”, a renchéri l’un de ses vice-président, le Finlandais Jyrki Katainen.

Le chef de cabinet de M. Juncker, l’influent Martin Selmayr, a lui aussi applaudi les mots du président français, qu’il a commenté en direct par une rafale de tweets.

“Rarement l’Europe a vu une telle convergence de vue entre un président français et un président de la Commission”, s’est-il félicité. “Quelques nuances, oui. Mais aussi de fortes convergences.”

“Les idées d’Emmanuel Macron pour renforcer la zone euro”, déjà connues depuis plusieurs mois, seront “discutées lors du sommet sur l’euro en décembre”, avec “les propositions” de M. Juncker, a également rappelé son directeur de cabinet allemand.

Les positions des deux hommes divergent sur la question d’un Parlement et d’un budget spécifique de la zone euro, auxquels le Luxembourgeois est opposé.

Le chef de la Commission semble de manière plus générale se distancer de la perspective d’une Europe à “plusieurs vitesses” autour d’un “socle renforcé”, telle que prônée par M. Macron.

“Ce dont nous avons besoin désormais, c’est une feuille de route pour avancer à 27”, a-t-il insisté dans l’un des trois tweets rédigés lors du discours du président français.

Dans le sillage de leur président, plusieurs commissaires européens se sont également félicités sur Twitter des prises de position pro-européennes de M. Macron, tout en remarquant que certaines d’entre elles —comme la PAC— rejoignaient des projets déjà en cours.

Etiquette: ; ;