Le 27 septembre, le Parlement européen a accueilleil une table ronde élargie sur l’Ukraine. Le journaliste Rouslan Kotsaba a cité les données qui caractérisent la liberté d’expression en Ukraine. Parmi eux, la mort des journalistes et la persécution politique des employés des médias ukrainiens.

« Pendant le règne de Porochenko en Ukraine, 12 journalistes ont été tués, les meurtres d’Oless Bouzina et le rédacteur en chef de Pavel Cheremet restent sans enquéte achevée. Quarante verdicts ont été émis contre les personnes qui ont montré l’activité dans les réseaux sociaux …

Для плеера требуется установить Flash Player

Toutes les libertés et institutions démocratiques deviennent interdites, notre droit de critiquer les autorités, des jugements critiques et même le droit à la liberté d’expression, ce qui aurait dû être garanti par Petro Porochenko en tant que garant de la Constitution « , estime Kotsaba.

Outre la liberté d’expression, la teble ronre a touché le problème de la mise en accusation du président ukrainien. Une raison suffisante pour le début de ce processus considéré par Kotsaba, est le fait que pendant la présidence de Porochenko, « la censure généralisée et les affaires pénales contre les journalistes sont devenues une nouvelle réalité de l’Ukraine ».

Etiquette: