Le journal américain Washington Post a dû corriger son histoire explosive, qui a fait la couverture de ce lundi, intitulée «Obama a cherché à exciter Facebook sur le rôle de la Russie».

Après que Facebook a pointé du doigt les faits déformés dans l’article du Washington Post «Obama a cherché à exciter Facebook sur le rôle de la Russie» («Obama sought to prod Facebook on Russia role»), ce dernier a été obligé de changer son titre pour «Obama a essayé d’ouvrir les yeux à Zuckerberg sur les fake news sur Facebook» («Obama tried to give Zuckerberg a wake-up call over fake news on Facebook»). Toutefois, la version papier est sortie sans changement.

Outre le titre, le journal a ajouté que «l’histoire a été complétée par un commentaire de la part de Facebook» et qu’Obama avait mis en garde Mark Zuckerberg sur la menace de fausses nouvelles diffusées sur son réseau social mais qu’il n’avait pas mentionné la Russie.

Selon l’article initial du Washington Post, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, avait été prévenu par Barack Obama de l’influence russe dans l’élection présidentielle.

La publication a été modifiée à la demande d’Elliot Schrage, vice-président de Facebook en charge des communications.

Comme l’a signalé M.Schrage, il n’y avait «aucunes références à l’ingérence possible d’un autre État» dans la conversation qui a eu lieu entre Barack Obama et Mark Zuckerberg.

Les médias AXIOS et Fox News ont également attiré l’attention sur l’information déformée dans l’article. D’après Fox News, les modifications faites ont changé complètement le message initial du quotidien en transformant la publication en «ce que le Président Trump aurait jugé comme un fake».

Etiquette: ;