Ankara et Moscou sont d’accord sur le maintien de l’intégrité territoriale de l’Irak et de la Syrie, a annoncé le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le chef d’État a accueilli son homologue russe, Vladimir Poutine, jeudi au palais présidentiel à Ankara.

Au terme de leurs entretiens, les deux présidents ont animé un point de presse conjoint.

«La Turquie et la Russie expriment une nouvelle fois leur détermination commune à identifier une solution politique au différend syrien, et à poursuivre leur étroite coopération, a déclaré Erdogan. Nous sommes d’accord sur le maintien de l’intégrité territoriale de l’Irak et de la Syrie.»

Insistant que le référendum organisé dans le District du Nord de l’Irak (IKBY) «n’est légitime ni au regard de la Constitution irakienne ni selon le droit international», Erdogan a appelé la communauté internationale à adopter une approche soutenant l’intégrité territoriale et politique du pays.

«Notre région se fragilise davantage, ces derniers temps, a-t-il affirmé. Malheureusement, l’administration du District a commis une grave erreur en organisant le référendum malgré les avertissements amicaux. Personne n’a le droit de mettre en danger la région ou de provoquer une tension pour des intérêts personnels de court terme. Dans la période sensible après le référendum, nous devons empêcher que l’administration du District ne commette d’erreurs plus graves.»

Le président a en outre abordé les relations avec la Russie, en particulier sur le plan commercial.

Erdogan s’est félicité de la hausse de 22 % du volume des échanges commerciaux entre les deux pays, les sept premiers mois de l’année courante, et a rappelé que leur but est d’augmenter le chiffre à 100 milliards de dollars.

Se déclarant satisfait par la hausse du nombre de touristes, Erdogan a estimé que les questions économiques critiques qui perdurent seront résolues lors de la prochaine réunion de la Commission économique mixte.

Etiquette: ; ; ;