Le reporter du « Guardian », Saeed Kamali Dehghan, a été expulsé jeudi du Maroc alors qu’il effectuait un reportage sur le Hirak du Rif à Al Hoceima (Nord), a appris le correspondant d’Anadolu de sources bien informées.

Interpelé par les autorités la ville d’Al Hoceima, mercredi soir, le journaliste du quotidien britannique The Guardian a été transféré à Casablanca où il a été contraint de prendre un avion à destination de Londres.

«Faute d’accréditation et ignorant le contexte marocain, le journaliste ne s’est pas adressé aux autorités pour demander une accréditation», a affirmé une source digne de foie sous couvert d’anonymat.

Le journaliste s’est rendu à Marrakech pour couvrir le «Forum Women in Africa» qui s’est tenu du 26 au 27 septembre, avant de partir à Al Hoceima pour réaliser un reportage sur le Hirak du Rif. Il a publié sur Facebook, lundi, «Première fois en Afrique, bonjour Marrakech», pour célébrer son premier atterrissage en terre africaine.

Par la suite, ayant établi le contact préalablement avec des figures du mouvement, notamment, El Mortada Iamrachen, le journaliste a réussi à organiser des rencontres avec ce dernier, mais aussi avec Nawal Benaissa poursuivie en état de liberté provisoire pour «appel à la sédition».

L’interpellation du journaliste a été révélée par le reporter indépendant, Imad Stitou. Selon lui, «des policiers, en civil, ont interpellé le reporter d’origine iranienne vers 20 h, mercredi, avant de procéder deux heures après, à son transfert à Casablanca».

Son arrivée à Londres a été confirmée par El Mortada Iamrachen, ou le «salafiste leader du Hirak». Il a publié sur son mur Facebook que le «Journaliste du Guardian vient d’arriver à Londres». Il a, précédemment, confirmé qu’il a rencontré le reporter dans le cadre de son reportage et organisé sa rencontre avec Nawal Benaissa , mercredi, à Al Hoceima.

A noter qu’il s’agit du deuxième journaliste étranger venu couvrir les événements du Rif à s’être expulsé du Maroc, après l’algérien Djamel Alilat. Ce dernier a été contraint de quitter le pays pour le même motif «avoir effectué une couverture médiatique sans autorisation préalable des autorités».

Selon le Statut des journalistes professionnels (Loi 89-13 ; articles de 26 à 29), le journaliste accrédité doit être muni d’une carte de journaliste professionnel délivrée par l’Administration […], pour une durée d’une année renouvelable (article 28).

Etiquette: ;