Branka Milic, accusée d’avoir participé à la préparation d’un coup d’État au Monténégro au cours les élections législatives de 2016, s’est livrée vendredi à la grève de la faim à cause de la « violation par le tribunal de ses droits ».

Dans l’après-midi, la Haute Cour de Podgorica a refusé la demande de sa défense pour l’annulation de l’arrestation de la femme de 62 ans accusée d’avoir organisé une tentative de coup d’Etat. Au cours du procès, Milich a nié sa culpabilité et a déclaré que « tout a été fabriqué pour que le Monténégro adhère l’OTAN ».

« En ce qui concerne cette violence et cette moquerie juridique sans précédent, j’informe la commission judiciaire que je commence une grève de la faim aujourd’hui et que la responsabilité incombe au parquet et aux membres du tribunal », a déclaré l’accusée. La radiodiffusion du processus a été menée par Radio et Télévision du Monténégro (RTDM).
Le tribunal a nommé la prochaine audition pour le 4 octobre.

Etiquette: