Les projets d’Ottawa d’adopter la «loi Magnitsky» sont une ingérence non cachée dans les affaires de la Russie et ne resteront pas sans réponse, a signalé le porte-parole de l’ambassade de Russie à Ottawa, Kyrill Kalinine.

« La décision du Parlement et du gouvernement du Canada, considérée par eux comme une mesure de défense des droits de l’homme et de lutte contre la corruption, est une confrontation regrettable et une ingérence non cachée dans les affaires intérieures de la Russie », a déclaré le diplomate.

Selon lui, l’adoption de cette loi est « la poursuite d’une politique infructueuse poursuivie par les éléments russophobes », elle « contredit le sens commun et les intérêts nationaux canadiens, isole le Canada d’une des principales puissances mondiales ».

« Il s’agit d’une étape hostile, comme toute sanction anti-russe, et seront confrontés à des contre-mesures déterminées et mutuelles », a déclaré M. Kalinin.

La Chambre des communes du Parlement du Canada a approuvé le 2 octobre la «Loi sur les victimes des gouvernements étrangers corrompus» et a transmis le document au Sénat, où il devrait être approuvé le 4 octobre. Il entrera en vigueur après la signature par le gouverneur général du pays.