Au moins 35 employés municipaux actuels ou passés à Istanbul ont été arrêtés mardi pour des liens supposés avec le putsch manqué de juillet 2016 et 77 autres sont recherchés, a rapporté l’agence progouvernementale Anadolu.

Au total des mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre de 112 employés municipaux passés ou actuels, dont 35 au moins ont été arrêtés. Ils sont poursuivis pour des liens présumés avec la mouvance de Fethullah Gülen, un prédicateur accusé par Ankara d’avoir fomenté la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016.

Ces arrestations surviennent moins de deux semaines après la démission du maire d’Istanbul Kadir Topbas, après 13 années de mandat sous les couleurs du parti au pouvoir, l’AKP. Son départ est survenu sur fond de divergences à propos de projets de développement urbains pour lesquels l’AKP a donné son feu vert malgré l’opposition de M. Topbas, mais aussi alors que M. Erdogan a exprimé ces derniers mois sa volonté de renouveler les rangs de son parti en vue des élections législatives et présidentielle en novembre 2019, précédées d’un scrutin municipal à valeur de test en mars de la même année. M. Topbas a été rapidement remplacé par Mevlüt Uysal, également de l’AKP.

Par ailleurs, les autorités turques ont également émis mardi des mandats d’arrêt contre 116 employés préalablement limogés du ministère de l’Education nationale, 5 autres encore en poste, et 21 anciens employés du ministère de la Jeunesse et des Sports, également soupçonnés de liens avec le putsch manqué.

Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues dans le cadre des purges engagées après la tentative de coup d’Etat.

Etiquette: