Le Président américain Donald Trump représente une menace pour toute l’Amérique latine, estime l’ancien Président colombien Ernesto Samper.

Donald Trump figure parmi les principales menaces qui planent sur l’Amérique latine. Les pays de cette région doivent faire preuve de cohérence, agir de concert et oublier leurs différends, a déclaré Ernesto Samper.

«Nous sommes confrontés à un tremblement de terre en la personne du Président des États-Unis qui a déclaré une sorte de guerre à la région, en persécutant les migrants, en érigeant des murs et en dénonçant les accords déjà obtenus avec Cuba. Donald Trump est un tremblement de terre pour toute l’Amérique latine», a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Et de rappeler que l’Amérique latine traversait à présent une difficile période de transition.

«C’est que l’ancien ordre mondial a cessé d’exister, alors que le système interaméricain, en tant que formule de coexistence entre les pays d’Amérique latine et les États-Unis, s’est complètement discrédité», a expliqué M.Samper.

Selon ce dernier, l’Amérique latine est toujours une région dynamique, mais, malheureusement, mal comprise et pour beaucoup sous-évaluée.

Évoquant la 3ème édition du forum international «Russie et Ibéro-Amérique dans le contexte de la mondialisation: histoire et temps contemporains» qui se déroule à Saint-Pétersbourg du 2 au 4 octobre et à laquelle il prend part, l’ancien président de Colombie a insisté sur la participation obligatoire des Latino-Américains à toutes les manifestations qui traitent des problèmes de leur région.

«La Russie a suffisamment de poids politique pour soutenir l’ordre du jour pour l’Amérique latine qui ne coïncide pas avec celui que proposent aujourd’hui les États-Unis, en participant notamment à la discussion sur les droits de l’homme, le problème de la dignité humaine et la répartition égale des produits de première nécessité», a ajouté l’interlocuteur de Sputnik.

Ce forum est organisé par l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, l’Institut de l’Amérique latine de l’Académie des Sciences de Russie, la Fondation Egor Gaïdar, l’Association mexicaine des Sciences politiques (AMECIP), le Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO) et l’Institut Bering-Bellingshausen (IBBA).

Etiquette: ;