Dressant un parallèle entre les référendums au Kosovo, qui a débouché sur son indépendance, et celui en Crimée, le chef d’État tchèque, Miloš Zeman a dénoncé le deux poids deux mesures de la communauté internationale.

La façon dont sont traités la proclamation de l’indépendance du Kosovo et le rattachement de la Crimée à la Russie relève de la politique du double standard, a estimé le Président tchèque Miloš Zeman s’exprimant sur ТV Barrandov.

«Je critiquais la sécession du Kosovo de la Serbie, le considérant comme une violation flagrante de la résolution du Conseil de sécurité censée assurer l’intégrité territoriale de la Serbie, dont le Kosovo. Mais il s’est passé ce qu’on appelle «appliquer le deux poids deux mesures», ou «la politique du double standard»: lorsqu’il s’agit de la Crimée, le référendum est qualifié d’annexion illégale, mais lorsque le Kosovo gagne l’indépendance malgré la résolution du Conseil de sécurité citée plus haut, tout va bien», a-t-il indiqué.

M. Zeman a rappelé que face à la proclamation de l’indépendance par le Kosovo, il a refusé de nommer un ambassadeur à Pristina, ce poste demeurant vacant. Par ailleurs, la République tchèque n’accueille pas le chargé d’affaires kosovar à Prague.

Etiquette: ;