Les autorités d’enquête de la République Donetsk populaire (DNR) ont découvert de nouvelles preuves prouvant le lancement d’un missile du système antiaérien « Bouk», qui a fait tomber le Boeing 777 à passagers des «Malaysian Airlines», a déclaré jeudi le chef du Département des enquêtes du Parquet général de la RPD Roman Beloouss.

« Compte tenu des circonstances nouvellement découvertes dans l’enquête sur l’accident d’un avion de ligne sous Torez, le bureau du procureur général de la république a repris les travaux sur cette affaire pénale », cite l’agence de presse Donetsk les propos du procureur.

Selon l’agence, « l’enquête a de nouvelles données confirmant le lancement du missile « Bouk » du voisinage du village de Zaroshchinskoye dans le district de Shakhty, qui au moment de la catastrophe était sous le contrôle de l’armée ukrainienne ».
En même temps, le chef de la délégation de la République populaire de Donetsk aux négociations de Minsk, Denis Puchiline, a noté que la république s’intéresse à une enquête objective de la catastrophe.

« Nous espérons que l’enquête internationale, malgré les pressions politiques exercées, montrera l’impartialité et la détermination des principes dans l’évaluation de la catastrophe qui s’est produite, en établissant les vraies causes et les auteurs de la tragédie que dont les victimes sont des civils innocents », a déclaré Puchiline.

L’avion à passagers Boeing 777 de la compagnie « Malaysian Airlines », effectuant le vol MH17 d’Amsterdam à Kuala Lumpur, s’est écrasé le 17 juillet 2014 à l’est de la région de Donetsk. Les personnes tuées à bord étaient 298 personnes, dont les deux tiers étaient des ressortissants néerlandais.

Etiquette: ;