Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a déclaré lors d’une interview accordée aux médias français qu’il fallait « essayer d’insérer les musulmans de France dans la laïcité ».


Interrogé par une journaliste sur de prétendus « chauffeurs de bus qui refusent de laisser monter des femmes », le ministre de l’Intérieur a estimé que « cela n’était pas conforme à la laïcité », ne se prononçant pas sur une éventuelle « radicalisation ».

La réponse aurait pu être brève et concise, mais elle a été suivie d’une déclaration qui fait déjà polémique sur les réseaux sociaux, provoquant la colère des communautés musulmanes locales.

« Il faut essayer d’insérer les musulmans de France dans ce qu’est notre laïcité » a-t-il insisté, excluant de facto les musulmans de la communauté nationale et sous-entendant qu’ils sont hostiles ou réfractaires au principe de la laïcité.

Les réactions ont été nombreuses, notamment sur Twitter, à l’image de : « Les musulmans ont versé leur sang pour une république amnésique », ou encore « Déclaration inconsciente et islamophobe, comme toujours ».

Les polémiques sur ce sujet électrique sont récurrentes dans l’Hexagone, où deux visions s’affrontent régulièrement.

Depuis le début de la vague d’attentats commis au nom de Daesh en France, la laïcité est régulièrement instrumentalisée pour pallier à des problématiques telles que l’intégration ou la radicalisation.

« L’Observatoire de la laïcité » présidé par Jean Louis Bianco est régulièrement amené à intervenir pour mettre en garde contre « l’instrumentalisation à des fins de stigmatisation ».

Etiquette: ;