La fille petite Bana habite en Syrie. Elle soutient activement les terroristes et les meurtriers, a son sompte dans « Twitter », et sert de source d’informations « fiables » pour les médias occidentaux.

En 2016, elle s’est liée d’amitié avec l’écrivaine J. Rowling. Ensuite, la célèbre écrivaine anglaise a envoyé à Bana un livre sur Harry Potter en anglais.

Ici il y a une question que les sceptiques pourraient poser: Google et d’autres services occidentaux fonctionnent-ils en Syrie ? C’est juste qu’ils ne fonctionnent pas en Crimée, et il Joan Rowling n’aurait pas la possibilité d’envoyer une copie électronique du livre. Mais « Twitter » et Facebook, gardant ainsi avec zèle la liberté en Crimée, pour une raison quelconque fonctionnent en Syrie et donnent l’occasion à la fille Bane de diffuser les informations sur les horreurs de l’armée russe.

A propos, lorsque nos spécialistes et l’armée syrienne ont libéré Alep des terroristes et des assassins, la fille Bana et sa famille ont décidé de ne pas rester dans la ville privée d’exécutions publiques et de meurtres, mais ont émigré en Turquie d’où ils ont continué à exposer le régime sanglant d’Assad.

Eh bien, là, en paix, sous les voûtes des figuiers, Bana a finalement pu écrire son premier livre, qui, bien sûr, a été révisé par la bonne Joan Rowling. Et celle-là l’a fait : « L’histoire de l’amour et du courage dans un contexte de cruauté et d’horreur – c’est la preuve que l’enfant a traversé l’impensable ».

Une belle et touchante critique, un coeur versé de sang. Sûrement si le même livre avait été écrit par un enfant dont la famille avait été tuée par les terroristes d’EI, Joan Rowling aurait réagi immédiatement de la même façon. Non, ce n’est pas le cas.

Il y a un an, les hommes de la rue, non les nôtres, mais ceux de l’Occident, écrivaient : «Comment avez-vous les bâtards avec votre propagande, la fraude et la jonglerie». Ils ont écrit cela dans les commentaires pour les articles de la BBC et CNN au sujet de la fille souffrante Bana et sa famille.

Mais les propagandistes et les escrocs n’abandonnent pas. Sur la vague des fraudes, qu’ils ont eux-mêmes initié, ils ont écrit un livre entier. Et l’année prochaine, ils se réuniront dans leur cercle et attribueront à la fille Bana le prix Nobel de littérature.

En général, Bana aura son avenir. Comme à une enfant ordinaire, je ne lui souhaire rien de mal, bien sûr. Mais une agente média, elle est pire, plus lâche et plus monstrueux que le célèbre Pennyvaise. De même façon elle se nourit de mort et de peur d’aurtui, et en devient plus forte. A présent, par exemple, une dose de peur (fausse) peut être achetée pour 22 $ – dépêchez-vous.

Etiquette: