Une éventuelle opération de maintien de la paix dans le Donbass doit venir en soutien des dispositifs existants et ne doit pas perturber les formats de négociations actuels destinés à régler la situation en Ukraine, selon la diplomatie russe.

Les soldats de la paix de l’Onu dans le Donbass auront besoin d’un «mandat clair et opérationnel», qui soit acceptable pour la région, a déclaré Grigori Karassine, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

Il a ainsi commenté les propos du Président ukrainien Piotr Porochenko, selon lesquels la Russie ne pourrait pas participer à une éventuelle opération de maintien de la paix dans le Donbass, dans le cas d’une entente en ce sens au sein de l’Onu.

Afin de réaliser l’idée russe d’engager des forces de l’Onu pour contribuer au processus de paix en Ukraine, un dialogue dépolitisé et constructif est nécessaire, avant tout entre toutes les parties en conflit, a souligné Grigori Karassine.

La vision russe de la participation de l’Onu à une opération de maintien de la paix dans le Donbass suppose l’exécution par les observateurs de l’OSCE des fonctions prévues par leur mandat dans le cadre de la mise en pratique des accords de Minsk, a-t-il ajouté.

En outre, cette opération, considérée comme «auxiliaire», ne doit pas faire exploser la «construction de Minsk» et changer les formats des négociations au sein du groupe de contact et du «quartet de Normandie», a indiqué le vice-ministre.

Etiquette: ;