Un caméraman de la télévision publique syrienne a été tué dans l’explosion d’une mine enfouie par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) dans la province de Homs, dans le centre du pays, a rapporté aujourd’hui l’agence de presse officielle Sana.

Ces dernières semaines, les forces du régime de Bachar al-Assad ont repris de vastes territoires désertiques dans l’est de la province de Homs, mais les djihadistes tentent de maintenir leur présence dans ce secteur en lançant des contre-offensives meurtrières.

« Le caméraman Mohamed Milad a été tué dans l’est de la province de Homs, dans l’explosion d’une mine enfouie par l’organisation terroriste », a indiqué Sana, sans préciser ni le lieu ni la date exactes du décès du journaliste. Confrontés à de vastes offensives en Irak et en Syrie, les djihadistes de l’EI ont recours aux mines et aux explosifs pour entraver l’avancée des forces qui cherchent à les déloger de leurs derniers bastions.

Quelque 211 journalistes et journalistes citoyens ont été tués en six ans de guerre en Syrie, rapportait en mars l’organisation Reporters sans frontières (RSF). Ils « sont pris en étau entre les forces du régime d’Assad et ses alliés, le groupe Etat islamique et une myriade de groupes jihadistes radicaux ainsi que les forces kurdes », selon l’ONG.

Etiquette: ;