Moscou répondra d’une manière convenable en cas de l’élargissement par le Canada la «liste noire» des citoyens Russes, a déclaré à RIA « Novosti » le directeur du Département pour l’Amérique du Nord du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Guéorgy Borisenko.

Plus tôt, la Chambre des communes du Parlement du Canada a adopté un analogue de la «Loi de Magnitsky», votée « pour » par 277 députés présents à la réunion.

« Si à la suite de l’adoption de cette loi la « liste noire » des citoyens russes sera élargié, nous répondrons d’une manière pareille. Nous regrettons que le gouvernement canadien continue de faire détériorer les relations bilatérales. Nous croyons que, au contraire, nos pays seraient beaucoup plus rentables s’ils coopèent les uns avec les autres, y compris dans la lutte contre le terrorisme, dans le domaine économique, dans le développement de l’Arctique. Mais, à Ottawa, ce sont les sentiments anti-russes qui dominent. Ce n’est pas la politique tout à fait clairvoyante. Bien sûr, ce sont les autorités canadiennes qui déterminent leur propre ligne, mais en fait, le côté canadien est sur le chemin de l’auto-isolement de la Russie « , a déclaré le diplomate russe.
Borisenko a noté que du côté russe « il y a une pleine ouverture à l’interaction avec le Canada ». En particulier, selon lui, Moscou voit « certains avantages dans la coopération normale, en particulier dans la lutte contre le terrorisme ».