Le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères a appelé la communauté internationale à mener une action très pressante et très forte contre la Corée du Nord et contre la prolifération nucléaire en général.

Jean-Yves le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères a considéré mardi, que la «situation est très grave», s’agissant de la menace nucléaire véhiculée par la Corée du Nord.

Dans une interview accordée au journal local « Ouest France » et reprise sur le site du ministère, Jean Yves le Drian a souligné que «la Corée du Nord brandit la menace nucléaire».

Dans ce contexte, la solution à adopter serait, selon lui, de «tout mettre en œuvre pour éviter la prolifération». «Cela nécessite, précise-t-il, une action très pressante, très forte, de la communauté internationale ». J’ajoute, dit-il, que la « France est pleinement engagée en faveur du désarmement nucléaire et agit pour que des mesures concrètes permettent des avancées réelles dans cette direction ».

À la question de savoir si «la Corée du Nord dispose ou non de l’arme nucléaire ?», le ministre a répondu que le pays «ne dispose pas encore de l’arme nucléaire portée par un missile». Il souligne, toutefois, l’importance à accorder au maintien du traité de non-prolifération, qui permettrait de diminuer de façon significative le risque de prolifération, défini comme «le risque de guerre nucléaire».

Déterminé, il ajoute que «la pression doit être forte sur les États qui tentent d’obtenir l’arme nucléaire. Il y a unanimité du Conseil de sécurité sur le sujet. Il faut aboutir à la dénucléarisation de l’ensemble de la Corée. Cela signifie qu’il faut, enfin, amener la Corée du Nord à la table des négociations».

Mis à part le cas nord-coréen, le ministre des Affaires étrangères a également abordé le cas de la Chine qui doit participer, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, à l’effort visant à amener les pays belliqueux à la table de négociations afin de répondre à sa «responsabilité particulière dans le maintien de la paix et de la sécurité internationale».

Il estime, par ailleurs, que l’Iran doit respecter les engagements pris à l’occasion de l’accord de Vienne, et que «le président américain doit maintenant se prononcer» sur le respect de l’accord.

À l’occasion de cette interview, le ministre français des Affaires étrangères s’est exprimé sur divers sujets sensibles liés à l’actualité.

Pyongyang a commencé à développer des armes nucléaires depuis 1950, mais les tests nucléaires se sont intensifiés sous la présidence de Kim Jong-un. La Corée du Nord a réalisé six tests nucléaires depuis 2006, dont deux durant les deux derniers mois, et a lancé plusieurs missiles balistiques.

Etiquette: