La mesure est valable pour les six mois à venir. Paris demeure convaincu que «le franchissement des frontières intérieures de l’UE demeure une stratégie des groupes terroristes».

La France va prolonger ses contrôles permanents aux frontières jusqu’au 30 avril 2018. Le gouvernement vient, en tout cas, de l’annoncer à la Commission européenne. Bruxelles avait ouvert des perspectives aux Etats membres concernés, le 27 septembre dernier, en proposant de modifier les règles de l’espace Schengen pour permettre des contrôles renforcés prolongés, notamment pour faire face à la menace terroriste. Paris s’engouffre donc dans la brèche.

Ce matin, en marge du sommet Justice-Affaires intérieures, qui se tient au Luxembourg, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’est entretenu avec son homologue allemand, Thomas de Maizière. «Je vais informer nos partenaires européens que la France, comme l’Allemagne et plusieurs autres pays d’ailleurs, va renouveler les contrôles à ses frontières nationales pour les 6 mois qui viennent, jusqu’au 30 avril 2018», a annoncé le «premier flic» de France.

«Etant donné le niveau de menace terroriste actuelle, j’estime que cette mesure reste pour le moment nécessaire, a-t-il ajouté. Nous allons également discuter d’une proposition de la Commission européenne qui vise à adapter le Code frontières Schengen pour faciliter ces contrôles aux frontières intérieures lorsque les conditions de sécurité l’exigent.»

«Depuis le début de l’année 2017, 22 attentats ont visé le territoire français»

Le gouvernement met en avant des garanties. Dans une note du 3 octobre transmise à l’Union européenne, il annonce que «ces contrôles seront effectués dans le respect du principe de proportionnalité». Mais il rappelle également combien la menace terroriste est importante: «Depuis le début de l’année 2017, 22 attentats ont visé le territoire français, dont cinq ont abouti, cinq ont échoué et 12 ont été déjoués».

Paris demeure convaincu que «le franchissement des frontières intérieures de l’UE demeure une stratégie des groupes terroristes». Et de rappeler les voyages en France des djihadistes auteurs des attentats commis à Barcelone et à Cambrils en Espagne les 17 et 18 août, qui ont fait 16 morts et 120 blessés.

La Commission européenne a confirmé jeudi avoir reçu la «notification» de la France – ainsi que celles de l’Allemagne et du Danemark – l’informant qu’elle allait prolonger ses contrôles. «La Commission va désormais évaluer les notifications de ces contrôles temporaires annoncés», a-t-elle indiqué. Toutefois, Paris n’a pas à attendre de «feu vert» formel pour appliquer sa décision.

Sur le code Schengen, plusieurs pays, la France et l’Allemagne en tête, réclament une procédure plus souple que le dispositif actuel en cas de menace sécuritaire. Six pays de l’Union européenne – l’Autriche, l’Allemagne, le Danemark, la France, la Suède et la Norvège – ont actuellement des contrôles frontaliers dans l’espace Schengen.

Etiquette: ;