Le conseil régional a sollicité le ministère de la Justice pour obtenir l’autorisation de l’usage de ce signe diacritique. Cette décision intervient après le refus, mi-septembre, du tribunal de Quimper qu’un bébé breton porte le nom de Fañch.

Le «ñ» pourrait bientôt être autorisé. Le conseil régional de Bretagne a voté, ce vendredi, un vœu demandant au ministère de la Justice de permettre l’usage du tilde, signe diacritique en forme de S couché, utilisé notamment dans l’alphabet espagnol. «Il s’agit de défendre une liberté, celle du choix des parents. Il s’agit d’un droit fondamental, c’est-à-dire combattre une discrimination linguistique», a expliqué Isabelle Le Bal, conseillère régionale Modem, en séance.

Le président PS du conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, avait lui aussi déposé un vœu identique. Tous les groupes politiques ont voté pour, sauf le Front national, qui n’a pas pris part au vote. Le vœu vise à modifier une circulaire du 23 juillet 2014 du ministère de la Justice ne retenant pas le tilde parmi les signes pouvant être utilisés dans la rédaction des actes d’état civil.

Etiquette: ;