La lutte contre les terroristes de l’Etat islamique s’approche à sa fin. Mais, le succès est accompagné des actes monstrueux que les jihadistes effectuent sur les territoires occupés.

Dans la province Latakia, occupée par les combattants dans les années 2012 – 2013, les habitants se rappellent avec horreur la peur que ceux-ci ont fait planter dans les villages.

Marua Shavaf raconte comment le 4 août 2013, les combattants se sont accaprés du village de Cleaa – le lieu où il a vécu toute sa vie.
« Ils ont tué des enfants, des femmes, des personnes âgées. Les terroristes sont restés environ quatre jours jusqu’à l’entrée de l’armée arabe syrienne. Ils ont volé tout ce qu’ils pouvaient voler, détruit nos maisons, nous ont privés de tout. Tout le monde qui vivait ici était une grande famille, donc le chagrin qui est arrivé à chacun individuellement a été le chagrin pour tout le monde « , dit Maroua.

Le même sort a frappé la locacité de Cépharia. Le résident local Fadi Sakur se souvient qu’en septembre 2013, des inconnus sont arrivés dans son village et quelques jours plus tard, des invités non invités ont en des armes. Les hommes vivant dans le village ont créé des groupes de miliciens, mais la supériorité numérique des terroristes leur a permis de supprimer la résistance. En novembre, les radicaux se sont emparés de Cfarius, ont tué toutes les personnes indisciplinées, ont pris tous les bien préciex et ont brûlé une partie du village. Heureusement, le terrorisme n’a pas longtemps et, vers la fin de l’année, les forces gouvernementales ont libéré les survivants.

Etiquette: ; ;